Le côté mystique de la préparation des courses hippiques

0
405

A l’approche des compétitions hippiques, les enjeux et la passion sont tels que chaque jour qui passe fait monté la pression. Les propriétaires des chevaux usent de tous les moyens modernes et traditionnels. Cela va de la vitamine, de la drogue jusqu’au maraboutage. On est prêt à tout pour gagner le jour-J. Les moyens les plus prisés par les écuries sont les pouvoirs mystiques et les marabouts. Et chaque marabout a sa recette : il y a des potions magiques, des grigris, l’administration des nourritures spéciales aux jokers et au cheval qui doivent être protégés des mauvais regards. Mohamadou Salé dit Badjika, résidant à Garoua, descendant d’une longue lignée des grands marabouts et expert consultant en affaire mystique du cheval a bien voulu lever un coin du voile des pratiques maraboutiques autour du cheval aux reporters de CAMGALOP.

CAMGALOP : Monsieur Badjika, vous êtes très populaires dans l’univers d’entretien des chevaux et leur préparation aux grandes compétions. Quels sont les types de recettes que l’on administre au cheval engagé dans une compétition ?

Il y a plusieurs types de protections qu’il faut apporter aux chevaux engagés dans une compétition. Certains propriétaires de chevaux optent pour la prière. Ils invoquent Allah de protéger leurs chevaux. Les chevaux sont protégés comme des enfants. En fait, le monde du cheval en lui même est un univers mystique. On ne peut pas élever un cheval si on n’a pas des connaissances solides des habitudes alimentaires et mystérieuses de ce type d’animal.

CAMGALOP : Expliquez-nous quelques recettes.

Rire. Vous blaguez ou quoi ? Ça ne se passe de la sorte. Les autres membres de la confrérie m’en voudront à vie. Ces choses ne s’expliquent pas publiquement. Il faut avoir votre cheval et vous confier aux grands marabouts qui traitent de la question. Si vous êtes prêts, je vous mets en contacts avec les marabouts qui pourront vous aider à encadrer votre cheval.

CAMGALOP : Il doit avoir des recettes à la portée de tous ?

Oui. Là, on peut parler des habitudes alimentaires des chevaux. A ce niveau, pas besoin d’une pratique pour le savoir. Cette habitude alimentaire évolue en fonction de temps. Quand on prépare une course, on nourrit le cheval des herbes telles le « Bango », le son du mil et de la vitamine. Le cheval qui va affronter les épreuves de course a besoin d’être bien nourri. Mais la nourriture à elle seule ne suffit pas. Des versets coraniques sont lus à l’intention du cheval. Le spécialiste cite entre autres, « le Yassine, le Nasr et le Falack ». Là aussi, il faut faire recours aux grands marabouts qui maitrisent la question et les enjeux de la course en question. Toutes ces actions visent à protéger le cheval contre les regards malveillants du public, des jaloux et ceux des concurrents.

CAMGALOP : Sur le plan traditionnel, qu’est- ce qu’il faut faire ?

L’aspect traditionnel de la protection des chevaux à la veille des compétitions se décline en le lavage de l’animal dans des eaux spéciales. Cette eau préparée blinde le cheval contre toute attaque. Vous voyez, souvent les chevaux tombent en pleine course. C’est un échec de préparation. Le cheval ne tombe pas n’importe comment et n’importe où s’il est bien préparé. C’est pourquoi, il faut toujours élever le niveau de préparation mystique du cheval. Il faut apprêter le cheval à comprendre le langage que vous allez tenir pendant la course. « Vas plus vite ! L’autre ne doit pas te dépasser ! Cours, cours, cours encore ! Il faut que le cheval comprenne ce message sans influence externe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here